Nicolas CLOAREC prolonge l’aventure à l’US CONCARNEAU

Nicolas CLOAREC prolonge l’aventure à l’US CONCARNEAU

 

Si notre coach avait donné son accord de principe depuis un bon moment, il souhaitait attendre la fin de sa formation au BEPF (dont il aura le résultat dans les prochains jours) avant de communiquer sur son futur qui s’écrira en Bleu et Rouge. Malgré des sollicitations à l’étage supérieur et à l’étranger, Nicolas Cloarec fait le choix de la continuité. Dans son cœur d’abord et dans son travail, entamé depuis 10 ans, avec l’ensemble du club.

Pour le site officiel de l’US Concarneau, Nicolas CLOAREC se confie…

 

Nicolas, le 25 juin, tu entameras ta 11ème saison sous les couleurs concarnoises. Avec un peu de recul, comment analyses-tu ton parcours à la tête de l’équipe fanion ?

 

Je ne me suis pas trop posé de questions. Je suis quelqu’un qui va de l’avant et qui ne regarde pas trop dans le rétroviseur, je n’ai pas vu le temps passer donc quelque part c’est que je ne me suis pas ennuyé durant ces 10 ans. Si j’ai réussi à faire ce parcours et ce chemin avec le club c’est que j’ai peut-être bien compris le contexte… Quelque part je suis un enfant de la ville et du club aussi.

Dans ma famille, le travail est primordial, on est des bosseurs. Quand on sait où on va, où on veut aller, on peut aller loin !
Avec le club, on a eu une progression linéaire sur ces dix dernières années, on a su se remettre en question et bien analyser les problèmes que l’on allait avoir à chaque marche que l’on franchissait, la CFA2, la CFA puis la National. On a toujours trouvé les solutions qu’elles soient sportives ou économiques pour faire grandir le club, qui est aujourd’hui devenue une véritable entreprise avec 23 salariés.

Quand j’ai démarré au club, il y avait un budget 5 fois inférieur mais on a su, sans conteste, garder les mêmes valeurs, c’est quelque chose d’indispensable, il ne faut surtout pas se prendre pour ce que l’on est pas. Il y a un sentiment d’appartenance très fort au sein du club, il y a une défense des valeurs qui est très importante, et qu’il faut réussir à insuffler et à transmettre au sein du groupe, à l’équipe et à ceux qui l’intègrent. Si je dois ressortir trois mots sur les valeurs du club : famille, convivialité et simplicité.


La dernière saison a été compliquée pour le club (travaux, création de la SAS, Coupe du Monde féminines) mais également pour toi à titre personnel avec la préparation du BEPF. Comment l’as-tu vécue ?

 

La saison a été très compliquée évidemment, il y a eu une charge de travail énorme et des premiers signaux d’usures physiques et mentales. Au sein de l’effectif, il y a eu des soucis de cohésion au niveau du groupe, nous n’avons pas eu 100% de satisfaction au niveau du recrutement, ce qui était une marque de fabrique donc forcément on a souffert mais on a assumé. Sur le plan personnel, je me suis accroché à mes valeurs, je n’ai pas lâché alors que c’était difficile. Donc, je me suis accroché et la fin de saison me donne raison !

Concernant le BEPF (Brevet d’entraineur de football professionnel), c’était une ambition personnelle mais qui permettra également de couvrir le club car la FFF oblige à avoir un entraîneur titulaire du BEPF sur le banc pour les clubs de National dès la saison prochaine. Je pense que c’est aussi grâce à mon parcours avec le club que je me suis offert la possibilité d’aller passer ce diplôme et de l’obtenir.

 

On ne va pas faire de langue de bois, quelques clubs à l’étage supérieur se sont intéressés à ton profil mais tu as décidé de rester fidèle à tes valeurs…

 

Aujourd’hui, dans mes valeurs, ma famille, d’abord, est très importante et la famille de l’USC également. J’ai estimé que les conditions n’étaient pas réunies pour que je quitte le club comme ça. L’entreprise qu’est l’US Concarneau a très bien avancé, les travaux étaient indispensables, il y a d’autres chantiers en cours ou en projets, mais le club a déjà bien grandi en très peu de temps. Il va falloir continuer à aller de l’avant car avec les conditions d’entraînement que l’on a, c’est exceptionnel de se retrouver en National ! Nous arrivons sur une troisième saison à ce niveau, nous devons donc tirer les conclusions de la première, les erreurs de la deuxième et créer un bon compromis entre l’insouciance et la raison. A titre personnel, il faut surtout penser à bien récupérer avant le 25 juin afin d’être en pleine forme pour la reprise de la saison.

 

Du coup, quelles sont les ambitions pour la saison prochaine ?

 

Les ambitions c’est toujours de faire mieux et d’aller de l’avant ! Un entraineur a toujours bon espoir  que la saison suivante soit meilleure que la précédente. Pour notre première saison en National, on a fini 11ème du Championnat et on a été éliminé au 7ème tour contre Laval. Cette année, on fait quasiment aussi bien en Championnat puisqu’on finit avec autant de points que le 10ème, et un 16ème de finale de Coupe de France. J’aimerais que l’on se stabilise dans le premier tiers du Championnat et si on peut continuer à procurer et à se procurer des émotions grâce à la Coupe de France, ça sera très bien. L’objectif est donc de faire mieux en Coupe et en Championnat !

TEST

publicité
Défiler vers le haut