#RAFUSC – L’après match

Le scénario

Les Thoniers affrontaient hier soir le Rodez Aveyron Football sur ses terres.  Le défi était de taille pour l’USC face au leader ruthénois, lancé à pleine vitesse vers son objectif Ligue 2 et surtout vainqueur de ses 7 dernières réceptions au Stade Paul-Lignon. Benoît Cauet devait en outre composer avec un effectif une nouvelle fois diminué par les blessures et les suspensions (8 joueurs concernés).

Le début de rencontre tournait au cauchemar pour les Bleus puisque le tableau d’affichage allait afficher un score de 2-0 pour les locaux dès la 5’. Dès l’entame, Youssef Ben Ali avait pourtant décoché une belle frappe lointaine qui inquiétait Desmas (1’). Mais, les Aveyronnais allaient ouvrir le score sur leur 1ère occasion par David qui exploitait au mieux une belle passe lobée de Mellot entre les deux défenseurs centraux concarnois. Sa reprise ne laissait aucune chance à Enzo Basilio (2’). Moins de 3 minutes plus tard, un centre de ce même David parvient au second poteau à Peyrelade qui écrase sa frappe …mais le ballon passe malgré tout sous le corps d’Enzo (2-0 ;5’). Le calvaire se poursuit à la 7’ quand Joris Gouache est exclu directement pour un geste de mauvaise humeur (?) sur un défenseur ruthénois.  Les supporters finistériens peuvent alors redouter le pire mais fort heureusement les Bleus ne vont pas se désunir malgré cette accumulation d’événements contraires. Hormis une opportunité offerte à Ruffaut sur laquelle Florian Le Joncour se montre vigilant (25’), ils ne vont plus concéder d’occasions au cours de ce 1er acte. Un raid solitaire de Nicolas Senzemba qui élimine 2 joueurs permet même à Valentin Lavigne de se retrouver en position favorable dans l’axe mais sa frappe n’est pas cadrée (16’).  Pour cause de blessure, Valentin devra  ensuite céder sa place à Alexandre Oliveira  quelques minutes avant la mi-temps sifflée sur ce score acquis à la 5’.

La seconde période verra les Bleus tenter sans relâche de déstabiliser la défense la plus hermétique du National. Grâce à un jeu collectif de bonne tenue, ils parviennent à monopoliser le ballon face à un adversaire qui gère tranquillement son avance. Les Ruthénois ne se créeront d’ailleurs qu’une seule occasion d’aggraver le score sur une frappe non cadrée de Chougrani à l’heure de jeu. La fin de la rencontre verra les Thoniers accentuer leur domination et se montrer menaçants. La rentrée d’Abdou Moina sera une nouvelle fois intéressante. La réduction du score interviendra finalement suite à un bon travail de Marouane Elaz sur le côté droit de la surface de réparation. Son centre est converti par un but d’Alexandre Oliveira , récompensé pour tous les efforts consentis à chacune de ses entrées en jeu (2-1 ; 90’). Malgré un ultime pressing, l’USC ne pourra ensuite se procurer une ultime opportunité d’arracher l’égalisation.

Les enseignements

Une nouvelle fois, les événements n’auront pas été favorables aux Bleus hier soir. Après avoir rapidement concédé un handicap de deux buts et une expulsion, les hommes de Benoît Cauet ont eu le grand mérite de continuer à jouer en bloc. C’est le signe d’une équipe qui ne lâche rien. Face au leader qui n’a plus créé de différences après la demi-heure de jeu, l’USC a ainsi dominé la seconde période malgré son infériorité numérique.

Rendez-vous désormais vendredi prochain à Guy-Piriou pour une rencontre cruciale face à Marignane Gignac.

Xavier Lastennet

Leave a Reply