#USCRAF – L’après-match

Le scénario

Les Thoniers recevaient hier soir à Guy-Piriou le Rodez Aveyron Football, dauphin du championnat. Enzo Basilio retrouvait donc pour l’occasion ses coéquipiers de la saison passée, déjà vainqueurs à 3 reprises à l’extérieur. Pour l’USC, l’enjeu était de bonifier la récente victoire à Sannois afin de combler l’écart de 4 points au coup d’envoi et par la même de se rapprocher du podium.

La première période va se révéler compliquée pour la formation concarnoise mise sous l’éteignoir par le 3-5-2 atypique du RAF. Les offensives ruthénoises sont nombreuses. Enzo Basilio doit s’employer dès la 4’ sur une frappe plein axe de David avant de voir avec soulagement Mellot ne pas pouvoir convertir au second poteau une offrande de ce même David (10’). Le portier concarnois doit encore rééditer son exploit de la 4’ sur une nouvelle frappe de Caddy dans la surface suite à un centre venu de la gauche et mal repoussé par la défense bleue (25’). La domination territoriale du RAF s’achève avec une frappe de Ruffaut expédiée depuis les 30 mètres sur la transversale (27’). Les supporters concarnois sont soulagés de voir leur protégés ne plus concéder d’occasions nettes dans le dernier quart d’heure… jusqu’à la 44’ qui va leur être fatale. Un coup franc de Ramon traverse la défense finistérienne. S’ensuit un cafouillage au cours duquel le ballon semble franchir la ligne avant d’être sauvé par Guillaume Jannez mais finalement Poujol surgit pour ouvrir le score. Rageant mas pas illogique à ce moment du match.

Dès l’entame du second acte, on sent les Thoniers plus agressifs, plus entreprenants. Ils ne vont pas tarder à être récompensés par la grâce une nouvelle fois d’Andrew Jung qui expédie un missile depuis les 25 mètres sous la barre de Desmas (50’ ; 1-1). 4° but de la saison et quel but magnifique pour Andrew qui justifie pleinement son statut de ‘’buteur maison’’. Les Bleus ont inversé la tendance et vont avoir une belle opportunité de renverser le dauphin ruthénois lorsqu’une faute sur Valentin Lavigne – très percutant hier soir – est sanctionnée par un pénalty. Malheureusement, Maxime Fleury ne parvient pas à le convertir (62’). L’équipe de Nicolas Cloarec ne se décourage pas pour autant. Les entrées de Youssef Ben Ali et d’Alexandre Oliveira permettent à l’USC de maintenir leurs adversaires sous pression. Mais, le score n’évoluera plus dans la dernière demi-heure d’une rencontre qui a tenu ses promesses.

 

Les enseignements

L’USC a une nouvelle fois démontré ses qualités mentales. Largement dominée en 1ère période, l’équipe a su se remobiliser à la pause pour à son tour bousculer sérieusement l’un des outsiders du National. Par cette belle réaction face à un adversaire de ce niveau et la qualité du jeu produit en 2nde mi-temps, la formation concarnoise a justifié son bon classement. Il manque peu de choses pour figurer dans le Top 5 de ce championnat.

 

Xavier Lastennet 

Scroll Up