#USCUSBCO – L’après match

Le scénario

Une semaine après leur belle qualification pour les 32° de finale de la Coupe de France, les Bleus retrouvaient leur stade fétiche de Guy-Piriou pour y affronter une ambitieuse équipe de Boulogne qui stagnait depuis 6 rencontres (aucune victoire). Calée au classement à 2 petits points de leur  adversaire du soir, l’USC avait donc une nouvelle occasion de se rapprocher du podium.

La première demi-heure de la rencontre n’a pas donné aux 1600 spectateurs présents l’occasion de s’enflammer. La 1ère opportunité était boulonnaise avec un bon centre venu de la gauche de Duterte pour une tête de Mayela qui se heurtait à Enzo Basilio, auteur d’un bel arrêt (28’). Le dernier rempart concarnois se montrait à nouveau décisif en s’opposant à une frappe à bout portant de Beghin (35’). Privés temporairement de Youssef Ben Ali (longuement soigné le long de la touche puis de retour sur la pelouse mais pas au mieux), les Bleus reculaient beaucoup sur cette période. Ils allaient être punis comme souvent cette saison quelques minutes avant la mi-temps. Une superbe passe en profondeur de Kraichi – déjà bourreau de l’USC la saison passée sous les couleurs de Pau – transperçait la défense bleue malgré le plongeon désespéré de Fred Salem et Duterte convertissait l’offrande (0-1 ; 38’).

Dès l’entame de la seconde période, on sent les Bleus bien déterminés à refaire leur retard. Une belle ouverture de Thibault Sinquin permet à Maxime Fleury de s’échapper. Pris dans l’éteignoir de deux défenseurs, l’attaquant concarnois oblige Mandanda (le frère de Steve) à un bel arrêt (50’).  Les Thoniers vont se procurer deux belles opportunités à l’heure de jeu, tout d’abord par une tête au 1er poteau de Gabin Guillou (pour sa première apparition à ce niveau) sur un corner de Thibault Sinquin (60’) puis sur une frappe – déviée et donc non cadrée – d’Andrew Jung  à l’entrée de la surface (62’). L’USC exerce une domination territoriale tout au long de ce second acte face à un adversaire gérant son avantage au score avec parfois trop de malice (5’ de temps additionnel pour cause de nombreux geste d’anti-jeu). Malheureusement, la dernière demi-heure sera bien moins prolifique en occasions concarnoises. Seule une spectaculaire traversée du terrain de Florian Le Joncour conclue par une frappe soudaine d’un Gabin Guillou sans complexe sur laquelle Mandanda doit se reprendre à deux fois (80’). Les dernières minutes seront très hachées et ne changeront pas la donne.

 

Les enseignements

Avec cette première défaite de la saison à domicile, l’USC rentre dans le rang. Tout en maintenant la zone rouge à distance (6 points), elle voit le podium s’échapper à 7 points. Une série de résultats positifs sera désormais nécessaire pour espérer s’en approcher à nouveau. La venue d’Avranches à Guy-Piriou dès le WE prochain sera idéale pour l’initier.

L’attaque concarnoise est restée muette samedi soir. Cependant, les motifs de satisfactions existent. Andrew Jung a beaucoup décroché et a activement participé au jeu. Au final, il s’est révélé l’un des Concarnois les plus en vue. Sa prestation aurait mérité d’être récompensée d’un but. Comme à son habitude, Maxime Fleury s’est bien démené sur son côté droit. Enfin, l’entrée pleine de fraicheur de Gabin Guillou est très prometteuse. Par deux fois, ce joueur de 20 ans a bien failli égaliser pour sa première entrée en jeu à ce niveau. A l’image de ce qu’a déjà pu démontrer Alexandre Oliveira, les jeunes joueurs issus de la formation concarnoise apportent vraiment du sang neuf au groupe. Un motif supplémentaire pour les supporters bleus de s’identifier à leur équipe.

 

Xavier Lastennet 

 

TEST

publicité