Bénévole à la buvette sud, Anita vit sa passion du foot à l’USC

Bénévole à la buvette sud, Anita vit sa passion du foot à l’USC.

Anita Dagorn est une fille du Nord, une ch’ti née à Boulogne/mer, arrivée en Bretagne au siècle dernier (1981 pour être précis). Elle a deux passions dans la vie : son fils et le foot.

Le foot, Anita, elle connaît, c’est un peu son fil rouge. Elle l’a pratiqué dans sa jeunesse, à une époque pas très lointaine où le foot féminin n’était pas encore reconnu et où ça passait forcément par jouer avec les garçons.

Ce virus du ballon rond, elle l’a attrapé petite auprès de son père dans les années 70 :

« Quand je voyais mon père s’habiller pour partir au match à Boulogne j’attrapais sa manche de manteau en lui disant « papa moi veux venir avec toi ». »

Un peu plus grande, c’est avec son frère qu’elle continuait à partager sa passion du foot :

« Il m’arrivait de me cacher dans le coffre de sa voiture pour pouvoir aller le voir jouer. »

Quelques années plus tard, devenue finistérienne puis maman, c’est pour suivre Hugo, le fiston repéré par l’USC,  qu’elle retrouve les terrains de foot. Dès la 1ère année elle devient bénévole au club et cela fait maintenant bientôt 8 ans que ça dure :

« Je ne connaissais personne en arrivant à Concarneau, et j’ai choisi la buvette pour rencontrer du monde. J’y ai trouvé une équipe sympa, et qui pour certains donnent beaucoup pour le club. »

Anita aime l’ambiance des soirs de matchs, à la buvette, au milieu de nos supporters qu’elle trouve plutôt cools. La galette-saucisse, c’est son idée, juste pour leurs faire plaisir. Elle aime également les après-matchs au carré bleu où elle retrouve ses potes bénévoles. Deux lieux de vie où il fait bon discuter de la rencontre… C’est aussi l’endroit idéal pour refaire l’histoire, surtout celle de la coupe de France puisqu’il n’y a qu’elle pour apporter autant d’émotion aux supporters.

Et être bénévole, c’est aussi être supportrice, puisqu’Anita n’est pas la dernière pour vivre pleinement les événements qui ont marqué le club ces dernières années. Alors, des souvenirs et des anecdotes, elle en a  : « Je garde un super souvenir du déplacement à Croix en car, pour un match de coupe de France, l’ambiance était géniale. La deuxième fin de saison avant la montée en national a aussi été un moment mémorable, c’était la fête ,il y avait la joie des joueurs, les cris des supporters… »

Pendant des années vous auriez pu croiser Anita à donner un coup de main le jour de la poissonnade du club ou le week-end du tournoi des thoniers à Keriolet, mais aujourd’hui elle a décidé de raccrocher son tablier de crêpière pour consacrer toute son énergie à la buvette. Comme pour s’excuser du temps donné au club, elle nous confie : « je ne pense pas que je me serais autant investie si Hugo avait fait un autre sport »

Le départ de son petit vers d’autres aventures footballistiques n’a pas stoppé son investissement pour l’USC. Le club, les joueurs, les supporters et l’équipe de bénévoles, c’est un peu sa deuxième famille. Elle s’y sent bien et ne semble pas vouloir quitter de sitôt son poste derrière le zinc de la buvette, et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle…

 

Fred Chauvel

Scroll Up